Dans quelle mesure le fait d’être fumeur est-il mauvais pour votre prêt ? Qu’est-ce qu’un fumeur pour les assureurs ? Quelles sont les options qui s’offrent à vous ?

Une assurance emprunteur moins chère pour les non-fumeurs

Le fait de fumer est considéré comme un risque à part entière pour les assureurs, comme les métiers ou encore les sports à risques. Décryptons tout d’abord ce que les assureurs considèrent comme un individu fumeur.

Afin d’être considéré comme un non-fumeur par l’assurance, il faut ne jamais avoir fumé ou bien n’avoir consommé aucune cigarette depuis au moins 24 mois. Par là même, que vous soyez « fumeur occasionnel » ou que vous ayez fumé une seule cigarette sur les deux dernières années, vous êtes considéré comme un fumeur. Pour résumer, la quantité ainsi que la régularité dans votre consommation n’importent pas. Si vous cochez l’une de ces cases, votre assurance s’en retrouvera majorée.

Et si vous fumez autre chose que du tabac ?

Ici, nous pensons notamment à la cigarette électronique et donc aux vapoteurs. Le problème est que, pour le moment, il n’existe aucun test à disposition permettant d’évaluer le risque indexé à la cigarette électronique et notamment ses répercussions. L’assureur effectue un raccourci sur la situation et considère les vapoteurs comme des fumeurs.

Pour ce qui est des fumeurs de cannabis, ils devront se déclarer comme fumeurs aussi et devront donner des détails quant à leur consommation (quantité, fréquence, etc.). Veuillez noter que le cannabis est considéré comme un stupéfiant par les pouvoirs publics et qu’ainsi vous vous exposez au risque de ne pas vous voir remboursé pour certains accidents.

Si vous êtes inquiets quant aux conditions de votre contrat d’assurance, vous pouvez effectuer votre demande d’assurance par le biais de Pretto, courtier immobilier en ligne, qui vous aidera à trouver le contrat le moins cher en fonction de votre situation grâce à ses simulateurs en ligne.

Comment l’assurance évalue-t-elle votre situation ?

Afin d’en connaître plus sur votre situation de santé, l’assurance vous demandera de renseigner les données sur votre consommation de tabac à travers un questionnaire de santé très détaillé.

Vous pouvez aussi être amené à passer des tests médicaux en fonction de plusieurs variables comme votre âge, le montant de l’emprunt ou encore l’organisme d’assurance auquel vous vous adressez. C’est le test de cotinine pour le tabac car la nicotine ne reste que quelques heures dans le métabolisme à l’inverse de la cotinine. Vous vous verrez donc prélever soit de la salive soit de l’urine pour effectuer le test. Vous aurez aussi à passer ce test si, pendant la période de prêt, votre situation change et que vous déclarez être devenu non-fumeur.

Quelles sont les conséquences si vous mentez à votre assurance ?

Pour commencer, communiquez des informations vraies est une obligation légale. Si vous mentez, l’assurance emprunteur pourra demander la nullité du contrat suivie de conséquences qui peuvent être très graves (potentiellement un procès). Ces conséquences se répercuteront directement sur votre emprunt car sans assurance vous représenterez un risque important pour la banque et cette dernière peut vous exiger un remboursement anticipé de ce dernier.

De manière plus courante, l’assurance peut décider de ne pas élargir sa couverture en cas de maladie liée au tabagisme si vous ne déclarez pas la vérité sur votre consommation.

Vous l’avez bien compris, il n’est absolument pas judicieux de mentir lorsque vous complétez votre questionnaire de santé.

Comment fonctionne ce « malus fumeur » concrètement ?

La consommation de tabac va alourdir votre facture dans la mesure où votre assurance appliquera une surprime à votre dossier. Cette dernière est variable en fonction de l’organisme vers lequel vous vous tournerez.

Comme dit plus haut, si vous arrêtez de fumer pendant l’exercice du prêt vous pourrez être éligible à la réévaluation de votre contrat et donc du prix que vous payez. Pour ce faire, vous devrez effectuer un test de cotinine et transmettre une déclaration sur l’honneur que vous avez arrêté.

Rassurez-vous, il existe maintenant certains dispositifs donnant plus de flexibilité quant à l’organisme chez qui vous avez contractez votre assurance emprunteur. Si vous avez déjà un contrat d’assurance pour votre emprunt et que vous êtes dans la première année de votre crédit immobilier, depuis 2015 la loi Hamon vous permet de changer de compagnie d’assurance emprunteur. Dans la même veine, la loi Sapin, elle, vous permet de changer d’assureur tous les ans à la date d’anniversaire de la signature de votre offre de prêt immobilier.